mardi 18 juillet 2017

                      Club lecture du 7 juillet 2017                                                 



Les rêveries d’un gourmet solitaire           

Dessinateur : Jirō Taniguchi - Scénariste : Masayuki Kusumi 

Résumé :
Au gré de ses déplacements de commercial, M. Inokashira tombe sur telle ou telle gargote authentique qui se révèle être un véritable ravissement pour ses papilles et son estomac…Du hanpen noir aux algues nori, des mukagos cuits à la vapeur, de la méduse marinées… le gourmet solitaire hume, croque, aspire, mâche, déguste, sent son estomac se remplir peu à peu… Et ces moments privilégiés se déroulent paisiblement sur un rythme lent avec un grand effort porté sur les détails des plats, dessinés avec une grande finesse. 

Avis du club lecture :
Cette BD a un côté documentaire autour de la cuisine, notamment japonaise,  mais il n’y a pas de partage avec le lecteur  contrairement au livre « Le restaurant de l’amour retrouvé ».
Un lecteur a été intéressé par le personnage solitaire ; cela l’a renvoyé à l’image du Japon moderne où les gens travaillent et sont seuls tout le temps.
La majorité des lecteurs a été déçue par cette BD. On attend quelque chose qui ne vient pas et on a très vite l’impression de lire toujours la même histoire. En revanche les dessins ont été appréciés. Leur finesse décrit bien les situations, les paysages, les différents quartiers des villes, les plats dégustés.

  
Histoire
Dessin




Le pèlerinage                                                                                       

Osanu Hashimoto 

Résumé :
Dans un quartier huppé, un vieil homme s'est attiré la haine de ses voisins car sa maison est devenue une véritable décharge publique. Impuissants, les voisins convoquent la télévision…
Un roman d'une grande poésie, profondément humain, où se dévoile toute l'histoire du Japon d'après-guerre.

Avis du club lecture :
Ce roman a touché les lecteurs. Il raconte le parcours d’un homme qui n’a pu s’adapter au monde moderne. L’histoire est intéressante et bien construite. Le syndrome de Diogène y est bien décrit : cela devient suffocant au fil des pages.




Histoire
               
Écriture
                                                         




Les délices de Tokyo   
                          
Durian Sukegawa

Résumé :
« Écoutez la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager.

Avis du club lecture :
Les lecteurs ont beaucoup aimé ce roman très positif dont la simplicité de l’écriture crée plein d’émotions.  La relation entre les trois personnages est très intéressante, douce et violente à la fois. La pâtisserie y est décrite comme un art, une cérémonie.

                                                                 
Histoire et écriture
         
         




La Source

Anne-Marie GARAT

Résumé
Venue au Mauduit, petit village de Franche-Comté, au motif officiel d’obtenir de la mairie l’autorisation, pour ses étudiants en sociologie, de consulter les archives communales de cette si banale petite bourgade française, la narratrice, hantée par la sombre énigme de son propre passé familial, ignore qu’elle va y faire une rencontre décisive en la personne de Lottie, solide et intimidante nonagénaire, désormais seule occupante de la vaste demeure des Ardenne, construction aussi baroque qu’extravagante édifiée sur des terres de mauvaise assise dans un méandre de la rivière qui coule en contrebas du bourg.
Soir après soir, la vieille dame qui, faute d’hôtel au village, accepte de loger la visiteuse, dévide pour elle l’histoire du domaine où elle est entrée comme bonne d’enfant à l’orée du xxe siècle. Mais faut-il la croire sur parole, elle qui dit n’être que la récitante des fantômes qui ont jadis habité ces murs, ou sont partis vers l’Afrique, le Tonkin ou les forêts du Yukon ? Et que faire du récit de cette conteuse acharnée qui, sans avoir jamais quitté sa campagne, rêve peut-être à haute voix quelque exotique roman de la filiation ?
Où les histoires prennent-elles source et où vont-elles une fois racontées ? La narratrice, écoutant la vieille Lottie, devine-t-elle en quoi celle-ci va éclairer son propre destin ? Car les récits ni les contes ne sont d’inoffensives machines et leurs puissants sortilèges s’entendent à recomposer jusqu’à la matière même du temps.

Avis du Club Lecture :

Un des plus beaux romans contemporains pour un des lecteurs

Concernant l’histoire :

L’ensemble des lecteurs l’a beaucoup aimée même si certains ont trouvé la fin du roman un peu « tarabiscotée ».

Concernant l’écriture :
Certains ont été emportés par l’écriture « comme une eau qui cascade, très imagée, on y est », d’autres l’ont trouvée compliquée, difficile, dense (chapitres longs avec peu de respiration) mais tous sont allés au bout du livre.
Histoire
Écriture



Les remèdes du docteur Irabu

Hideo  Okuda

Résumé :
Psychiatre obèse et jovial, le docteur Irabu roule en Porsche caca d’oie. Avec son infirmière exhibitionniste, il soigne les obsédés du texto, les paranoïaques et les divorcés en colère. Très impliqué dans la vie de ses patients, il prodigue piqûres et remèdes loufoques. Contre une crise de foie, la natation. Contre les troubles de l’érection,  un parc d’attractions. Et si la folie guérissait la folie ?

Avis du club lecture
L’auteur a fait farces de choses pathétiques.
Les lecteurs se sont divisés en deux groupes. Il y a ceux qui ont beaucoup ri et ceux qui se sont lassés très vite. Il faut lire ce livre avec du recul et peut-être un chapitre à la fois.

Histoire et écriture sont laissées à l’appréciation de chacun.